26-septembre-2017
 ACCUEIL   HISTOIRE   PHOTOS   TRACTS   COMPTES RENDUS   FUNZONE   CONSEILS   CONTACT   LIENS   ABOUT ZC

HISTOIRE DES CARRIÈRES

Bienvenue dans la section histoire. Accordez vous un peu de temps pour découvrir l'histoire des carrières et catacombes de Paris. Nous passerons en revue ici divers aspects de cette histoire riche en événements et en parallèles avec l'histoire plus "conventionnelle" de Paris.



ACCÉDEZ RAPIDEMENT A :
> HISTOIRE DES CARRIÈRES
> LES CATACOMBES
> LA CATAPHILIE
> l'IGC
> LE VAL DE GRACE
> LES CARRIÈRES DES CHARTREUX
> LES LÉGENDES
> CHOSES REMARQUABLES
> INDICATIONS EN CARRIÈRE
> PATRIMOINE SOUTERRAIN


Les informations de cette rubrique sont extraites de divers ouvrages traitant des souterrains et de l'histoire de Paris. Certains articles sont basés sur l'observation personnelle ainsi que sur de la documentation propre.

BIBLIOGRAPHIE

Si vous souhaitez vous documenter d'avantage nous vous conseillons les ouvrages qui suivent.


PARIS SOUTERRAIN de E. Gerards (Ed. Sides)
Cet ouvrage écrit au début du siècle est et reste la référence absolue. Indispensable et de plus en plus difficile à trouver.

A LA DECOUVERTE DES SOUTERRAINS DE PARIS de P. Saletta (Ed. Sides)
Cet ouvrage est en quelques sorte l'ancetre de l'Atlas du Paris souterrain cependant le texte est plus riche et plus instructif. A lire.

L'ATLAS DU PARIS SOUTERRAIN de A. Clement et G. Thomas (Ed. Parigrammes)
Il s'agit d'un magnifique album d'images avec quelques précisions et infos utiles.

LES SOUTERRAINS DE PARIS de M. Viré
(Ed. Nord Patrimoine Editions)
Pourquoi celui ci? Parce qu’il n’est pas cher et que c'est un bon ouvrage pour commencer à se documenter.

Si vous avez des remarques à faire, si vous constatez des informations erronées ou si vous voulez poser une petite question :

> contact@catacombes.info

LES CARRIERES SOUS LE VAL DE GRACE

Le Val-de-Grâce est un haut lieu de la cataphilie. Il est parcouru d'un réseau de carrières de consolidation ancienne, on y trouve l'escalier Mansard. Le Val-de-Grâce se trouve à proximité immédiate de la salle Z à l'extrême nord du réseau. Cependant cette partie est rarement accessible car elle se situe sous un terrain militaire (hôpital du Val-de-Grâce). Voici un bref Historique de ce lieu.

Charles de Valois fils du roi Philippe III dit le Hardi, acquit, au milieu du XIIIe siècle une propriété dans le Faubourg St Jacques. Pendant près d'un siècle, cette demeure resta aux mains des Valois. La propriété passa aux mains des Bourbon à la fin du XIVe siècle. Louise de Savoie obtint de son fils François Ier la cession de l'hôtel dit du Petit Bourbon pour l'offrir à son médecin personnel Jean Chappelin. Ce qui marqua la première occupation de l'endroit par le corps médical en 1527. Toujours selon la légende : "Henri de Navarre s'étant approché de Paris à la faveur d'un épais brouillard le 1er novembre 1589, surprit le Faubourg St Jacques et fatigué reposa quelques heures sur un lit de paille fraîche dans une salle du Petit Bourbon. Ainsi le premier combattant de l'armée française inaugurait sans le savoir le premier hôpital militaire". Anne d'Autriche s'était liée d'amitié avec une religieuse de Montmartre pour laquelle elle obtint la crosse abbatiale de "Notre Dame du Val-de-Grâce". La bénédiction eut lieu le 21 mars 1619 dans l'église des Carmélites du Faubourg St Jacques. Comme les locaux menaçaient ruine, la Reine fit transférer la communauté dans les locaux du Petit Bourbon acheté pour la somme de 36 000 livres.

Gravure du XVIIIe siècle representant l'église du Val-de-Grâce (doc.© Nexus)
Gravure du XVIIIe siècle representant l'église du Val-de-Grâce (doc.© Nexus)

L'abbaye du Val-de-Grâce a été crée par Anne d'Autriche en 1621. A l'origine c'était un simple hôtel particulier (le Petit Bourbon) acheté par la reine auquel elle fit ajouter des bâtiments supplémentaires. En 1645, la reine demande à François Mansart (1598-1666) d'ajouter une église et un palais au couvent du Val-de-Grâce où elle avait l'habitude de se retirer de temps en temps. Le plan de construction de l'église prévoyait de construire des tours sur les flancs de la nef et un portail d'entrée à un étage, en avancée, donnant à l'ensemble une allure de château. Cependant Mansart fut renvoyé peu après le début des travaux, en effet s'étant aperçu que la zone était sous minée il entreprit des travaux de consolidation. Cette consolidation des anciennes carrières se trouvant sous le Val-de-Grâce engloutit la somme de 275000 Livres. Mansard fût donc renvoyé devant l'ampleur des dépenses engagées. La direction du chantier fut reprise par Le Mercier, puis à la mort de ce dernier, par Pierre Le Muet. Les travaux furent interrompus de 1648 à 1655 pendant les événements de la Fronde. Enfin, Gabriel Le Duc, éleva le dôme en 1665, dirigea la décoration et acheva la construction des bâtiments du couvent. Anne d'Autriche n'eut pas l'occasion de contempler le Val-de-Grâce achevé car elle mourut en 1665. L'église fut consacrée en 1710.

L'église a un plan en croix latine et un dôme visible du parvis de l'église. La façade à deux étages, avec ses ailerons (issus de l'église Santa Maria Novela, construite en 1470 par Alberti à Florence) effectuant la transition, et son double niveau de colonnes jumelées supportant un fronton triangulaire, rappelle certaine façades d'églises de la première moitié du XVIIe siècle (la façade de l'église des feuillants, construite sur les plans de Mansart en 1623-1624, ou celle de l'église Saint Louis - aujourd'hui Saint Paul-Saint Louis - , construite entre 1627 et 1641 par Martellange et Derant, même si ces dernières ont trois niveaux et que Saint Louis est très chargé, fruit de l'architecture maniériste de l'époque). Plus clair et plus sobre que les maniéristes, Mansart quadrille la façade par des lignes verticales : les six colonnes de la façade et les quatre colonnes du porche; et des lignes horizontales : les entablements des deux niveaux (l'entablement du rez-de-chaussée est plus accentué et ressort grâce au porche qui le soutient) et le pseudo niveau, derrière le fronton du porche, et où se trouvent les supports des bases des colonnes du deuxième niveau.
Anne d'Autriche avait fait édifié cette église en l'honneur de la Vierge Marie, en tant qu'Ex-voto, pour remercier le ciel de lui avoir accordé un enfant, après une longue période de stérilité. La dédicace sur le fronton du porche est donc facilement identifiable : "iesu nascenti virginio matri", faisant allusion à la Vierge Marie enfantant de Jésus.

Vue de l'englise de Nuit © Nexus
Vue de l'église du Val-de-Grâce la nuit (photo © Nexus)

L'abbaye est désaffectée sous la Révolution et devient un hôpital militaire en 1796 et l'est encore, ce qui explique que l'église soit plutôt difficile à visiter de nos jours.

> REMONTER EN HAUT DE LA PAGE

 www.catacombes.info - www.zedou-connection.org
© grizz 2001 - 2017